La compagnie d’assurance Tourisk conclut un partenariat avec Digitalife, une entreprise d’objets connectés et d’applications tournés vers le bien-être. L’assurance Tourisk propose une police d’assurance baptisée Dynamo. Au titre de ce contrat, les 2000 premiers clients de l’offre Dynamo se voient offrir un bracelet connecté qui permet le suivi de l’activité physique : nombre de pas, distance parcourue et calories brûlées.

Les 2000 premiers clients sont également invités à participer au Fitness Challenge, un jeu concours qui leur permet de remporter plusieurs prix, à condition d’atteindre un objectif en nombre de pas précis pendant une certaine durée. Le règlement du jeu concours précise que les informations relatives aux clients (coordonnées personnelles et performances) sont uniquement destinées à l’entreprise Digitalife pour les seuls besoins du déroulement de l’opération et que celle-ci s’engage à supprimer toutes les informations nominatives à la fin du jeu. Tourisk étant l’organisatrice du jeu concours, les assurés ayant relevé le défi devront se manifester auprès d’elle afin d’obtenir leur prix.

Odile Deray souscrit cette police, participe au concours et après tirage au sort remporte un système lui permettant de connecter sa maison, de la marque Digitalife.

Ce système comprend un mécanisme de verrouillage de la porte d’entrée, un ensemble de chauffages connectés et un mécanisme d’ouverture des fenêtres. A la suite d’un dysfonctionnement de l’interface du système, la température du chauffage augmente brusquement et les fenêtres se bloquent, rendant impossible toute aération. Odile Deray se voit alors contrainte de séjourner à l’hôtel, le temps qu’un réparateur se déplace. Elle reçoit par la suite une facture d’électricité exorbitante en raison de la surconsommation du système de chauffage.

A sa grande surprise, la cotisation qu’Odile Deray doit verser l’année suivante au titre de sa police d’assurance a augmenté. En effet, Digitalife communiquerait les données qu’elle récolte à Tourisk. En outre, le bracelet électronique étant défectueux, des informations indiquant une activité physique faible ont été transmises alors même qu’Odile Deray mène une vie saine et dynamique.

Odile Deray apprend alors que la société Digitalife est basée aux Etats-Unis et que ses données sont transférées à Baltimore. Digitalife fait partie des organisations qui ont déclaré leur adhésion aux principes de la « sphère de sécurité » relatifs à la protection de la vie privée et les « frequently asked questions » y afférent, dont la liste est publiée par le Département du Commerce américain. De fait, Odile Deray ne pense pas pouvoir agir à l’encontre de Digitalife.

Publicités